Idée d’itinéraire pour un road-trip en 4×4 à Oman

Si vous avez décidé de partir en road-trip découvrir les recoins du Sultanat d’Oman, cet article tombe à pique pour planifier votre itinéraire ! Sinon, il va vous convaincre de programmer rapidement un séjour dans ce « joyau du Moyen-Orient » comme nous aimons l’appeler.

Retrouvez aussi notre article sur comment préparer son road-trip au Sultanat d’Oman ici avec tous nos conseils sur les aspects pratiques du voyage tels que l’achat des billets d’avion, la location de voiture, la réservation des différents hébergements…

Dans cet article, nous donnons tous nos conseils d’itinéraire pour un road-trip à Oman réussi en 9 jours sur place. Nous sommes partis sur un parcours fortement axé sur la nature et le dépaysement. Une boucle avec pour point de départ et d’arrivée, Mascate où nous avons terminé notre voyage pour quelques jours en ralentissant un peu le rythme. Ces deux derniers jours dans la capitale omanaise nous ont permis de prendre le temps de nous reposer suite à une première partie de voyage intense en paysages et en découvertes comme on les aime !

Pour mieux visualiser notre itinéraire à l’échelle du pays, voici un schéma de notre boucle pour un bel aperçu du territoire omanais :

Cet article suit notre chemin, tel un carnet de route lors de ce road-trip. Vous pouvez simplement accéder à celle qui vous intéresse en cliquant sur le lien ou dérouler l’article dans son ensemble pour un regard global sur notre itinéraire :

Jour 1 – En route vers le Wadi Al Abyad

Premier matin de notre road-trip à Oman, nous nous réveillons dans notre chambre d’hôtel située près de l’aéroport de Mascate. Nous avons choisi de passer la nuit au Secure Inn Hotel Muscat, un hôtel avec un bon rapport qualité prix et bien situé pour une arrivée tardive la veille.

The Secure Inn Hotel Muscat : environ 20 OMR la nuit pour une chambre double, petit déjeuner compris.

Cependant, nous ne conseillons pas cet hôtel si vous souhaitez commencer votre séjour par la visite de Mascate car il est assez excentré et vous pourrez trouver dans la ville de nombreux hôtels mieux situés.

Le petit déjeuner y est plutôt bon, avec un buffet bien achalandé pour un repas copieux et varié (fruits, dattes, boissons chaudes, œufs, spécialités omanaises, …). A peine le temps de commencer à digérer qu’il est déjà l’heure du check-out.

Pour notre première journée complète à Oman, le programme est assez chargé. Il nous faut effectuer les derniers préparatifs afin de débuter notre road-trip l’esprit tranquille : quelques courses alimentaires, matelas, oreillers, charbon pour le feu et trouver le fameux sésame, le livre OMAN OFF-ROAD dont nous avons déjà vanté les mérites.

Une fois les courses terminées, notre road-trip à Oman peut enfin commencer !

Fort de Nakhal

Direction le Fort de Nakhal, situé à environ 1h de route de Mascate. Oman est un pays riche en forts et on retrouve plus de 500 édifices de ce type sur le territoire du pays.

Le Fort de Nakhal figure dans plusieurs listes d’incontournables. Malheureusement pour nous il était en travaux lors de notre visite en février 2020. Nous avons tout de même parcouru le tour du fort à pieds, mais sans trop de recul nous ne pouvions pas vraiment admirer le monument comme nous l’aurions souhaité, dommage !

Mascate – Fort de Nakhal : 90 km – 1h de route

Horaires d’ouverture : 9h-16h tous les jours sauf le vendredi (fermé l’après-midi)

Tarifs : 0,5 OMR (soit un peu plus d’1€)

Remparts du Fort de Nakhal

Source d’Ayn A’Thowrah

Quelques kilomètres plus loin se situe la source d’Ayn A’Thowrah. L’après-midi est bien entamé, il y a un peu de monde au niveau du cours d’eau. Les enfants jouent dans l’eau en contre-bas alors que les adultes discutent un peu plus en hauteur à l’ombre des arbres.

Nous choisissons de remonter le cours d’eau à pied sur une partie pour trouver un endroit un peu plus au calme. L’eau est bien chaude et la vue sur les montagnes qui nous entoure est très belle, c’est très agréable.

À la source, la majorité des locaux se baignaient torse nu, voir seulement en caleçon. A l’inverse, les femmes étaient généralement assez couvertes, voilées avec des tops à manches longues et legging.

Avant de partir, nous nous étions beaucoup renseignés sur les coutumes locales et notamment le rapport des omanais avec l’habillement pour ne pas manquer de respect à la population au cours de notre voyage. Par rapport à la baignade, nous avions lu qu’il était préférable de se rafraîchir les épaules et genoux couverts. Notre première approche avec la baignade à la source d’Ayn A’Thowra ne l’a donc pas totalement confirmé !

Globalement, ici comme dans la suite du voyage, nous avons fonctionné au ressenti, alternant les baignades en maillot ou plus couverts selon les lieux où nous nous trouvions et les personnes s’y baignant en parallèle.

Cours d’eau de la source d’Ayn A’Thowrah

Wadi Al Abyad

Pour terminer la journée, nous prenons la route vers le Wadi Al Abyad (environ une heure de trajet depuis le Fort de Nakhal).

Les wadis sont des canyons situés au cœur des montagnes. Les pistes pour y accéder sont souvent rocailleuses. Nous avons donc pu nous y entraîner au off-road avec les graviers, roches et traversées de cours d’eau, une expérience intense pour un premier jour !

Entourés par les montagnes, nous profitons du paysage et notamment des palmeraies situées aux abords de la piste malgré une conduite attentive.

Finalement, nous avons continué la piste jusqu’à ne plus pouvoir avancer avec le 4×4, nous y poserons notre campement. La nuit commence à tomber, il est temps de planter la tente et de trouver un peu de bois pour faire un feu. Nous explorerons les alentours le lendemain.

Off-road sur la piste du Wadi Al Abyad avec notre 4×4 de location

Attention, les wadis peuvent être des zones très dangereuses en cas de fortes pluies. Ils se remplissent très rapidement d’eau, formant des torrent de boues et causant plusieurs décès chaque année. Il convient donc d’être prudent et de bien vérifier les conditions météorologiques avant d’y établir un campement pour la nuit.

Les coordonnées GPS (approximatives) de notre bivouac au cœur du Wadi Bani Khalid : 23.422665, 57.672562

Jour 2 – A la conquête du Wadi Bani Awf

Deuxième jour sur le sol omanais, et ce matin on se lève avec le soleil vers 6h. Quel bonheur de se réveiller seuls au monde, entourés par la nature !

On commence notre journée à l’aube par une balade dans le wadi, à la recherche des piscines naturelles. Le rêve de commencer la journée par une baignade dans l’eau du wadi (beaucoup plus froide qu’à la source d’hier !), entourés par les palmiers et les montagnes, ça revigore ! Personne à l’horizon donc les maillots étaient de sortie.

Paysage au réveil

1 heure de route plus tard, nous arrivons au croisement avec l’entrée du Wadi Bani Awf ! Le début de la route est asphalté mais les virages de montagne nous donnent un premier avant-goût de ce qui nous attend pour la suite de la journée !

Au bord de la route une mosquée nous interpelle, nous y avons rencontré Saïd et ses enfants. Grâce à lui et sa gentillesse, nous avons partagé un bon moment à visiter la mosquée encore en construction, échanger en anglais et prendre quelques photos ensemble. Un beau souvenir !

Saïd nous conseille de gravir la petite colline de l’autre côté de la route pour profiter de la vue sur la mosquée mais aussi sur la route qui nous attend, serpentant dans les montagnes.

Little Snake Canyon

On décide de s’arrêter pour une petite randonnée dans le Little Snake Canyon, repérée dans notre bible, le Oman Off-Road. Nous entrons dans la gorge pour trouver un peu d’air frais. Très rapidement, nous switchons nos chaussures de randonnée pour nos chaussures d’eau.

Nous alternons marche dans le cours d’eau et escalade sur les roches le bordant, accompagnés de très nombreuses grenouilles. Nous avons fini par rebrousser chemin lorsqu’il nous aurait fallu nager pour continuer notre avancée dans le canyon (avec le matériel photo et sans avoir pris nos maillots, ce n’était pas le plus pratique !).

On vous conseille vivement de vous équiper de chaussures d’eau en parallèle des chaussures de randonnée. Les fonds et abords des wadis et canyons se sont pas formés de sable fin mais plutôt de galets ou cailloux qui ne sont pas des plus agréables pour les pieds nus.

Bilad Sayd

Reprise de la route de montagne aride sur laquelle nous croisons de nombreuses chèvres ainsi que quelques véhicules de touristes et de locaux. Globalement il n’y a pas grand monde.

On se décide pour un arrêt au village de Bilad Sayd. La vue depuis la route menant au village est vraiment sublime avec un magnifique panorama sur la palmeraie, le village et les montagnes en arrière-plan !

Nous garons la voiture près de l’école, juste à côté de la mosquée pour traverser la palmeraie et ensuite monter dans le village. Un local nous indique le chemin jusqu’aux vestiges du fort pour y admirer la vue et nous offre une feuille de salade pour manger.

Du haut de la ruine, la vue sur la palmeraie, la mosquée et les montagnes est une fois de plus sublime !

Un petit conseil, prévoyez de quoi pique-niquer si vous vous engagez sur la piste du Wadi Bani Awf. Il faut prévoir une grosse demi-journée voire une journée complète pour en profiter pleinement sans se presser et faire plusieurs arrêts. Même dans le village de Bilad Sayd, nous n’avons pas trouvé de petits restaurants ou d’épiceries. Heureusement que nous avions de quoi faire dans le coffre !

Al Hamra

Après 50 minutes supplémentaires de piste à flanc de montagne, c’est le retour de la route asphaltée. S’en vient ensuite 30 minutes de descente jusqu’à la ville d’Al Hamra, située dans la vallée au pied du plus haut sommet d’Oman, le Jebel Shams.

Si nous avions eu un peu plus de temps nous aurions sûrement parcouru la vieille ville abandonnée d’Al Hamra mais comme toujours en voyage, il faut faire des choix…

Notre passage dans la ville fût donc assez bref car la journée était déjà bien avancée et notre objectif était de trouver un bivouac pour la nuit avec une belle vue pour le coucher de soleil.

Nous avons suivi la route qui monte au village de Misfat Al Abriyyin, une piste à gauche juste avant le village nous a emmené jusqu’à un spot parfait pour admirer le soleil se coucher derrière les montagnes puis le panorama imprenable sur la ville d’Al Hamra éclairée dans la nuit noire.

Coucher de soleil derrière les montagnes omanaises depuis notre bivouac

Attention, il n’est pas autorisé de bivouaquer dans les villages !

Jour 3 – Du village de Misfat Al Abriyyin au plus haut sommet d’Oman, le Jebel Shams

Misfat Al Abriyyin

Le gros avantage de dormir au pied du village de Misfat Al Abriyyin est que nous avons pu débuter notre journée par la visite du village très tôt le matin.

La célèbre palmeraie de Misfat Al Abriyyin est située sur un terrain très pentu. Elle est agencée en parcelles qui sont irriguées à l’aide d’un système de falajs. Ces canaux permettent de diriger l’eau à l’aide de pierres et de tissus afin d’irriguer chaque parcelle indépendamment les unes des autres.

Nous avons rencontré beaucoup d’ouvriers dans la palmeraie, la plupart étaient des ouvriers étrangers. Ce qui n’est pas très étonnant quand on sait que les travailleurs immigrés représentent plus d’un tiers de la population omanaise. La plupart de ces travailleurs viennent d’Inde, du Bangladesh ou encore du Pakistan.

Comptez entre 1h30 à 2h pour découvrir le village mais surtout l’énorme palmeraie qui nécessite une belle balade, très agréable à l’ombre des palmiers qui apportent un peu de fraîcheur. Les cuisses ont bien chauffés quand il a fallu remonter au village !

Nous avons ensuite repris la route en direction du Jebel Shams, notre objectif de la journée étant de randonner le long de la célèbre Balcony Walk.

Wadi Ghul et village abandonné

Mais comme nous ne pouvons pas nous empêcher de faire des détours, nous sommes descendus dans le Wadi Ghul, repéré sur la route. C’est l’occasion de s’exercer en conduite off-road sur quelques kilomètres. Les paysages sont très beaux avec des palmeraies autour du wadi et les montagnes en arrière-plan.

La route se poursuit jusqu’au « Grand Canyon« , le 3ème plus grand au monde mais nous avons choisi de faire demi-tour pour remplir notre objectif de la journée (la randonnée au Jebel Shams !). Nous verrons de toute façon le canyon d’en haut.

A l’entrée du Wadi Ghul, un village abandonné à flanc de montagne vaut le coup d’œil !

Vue sur le village abandonné du Wadi Ghul depuis la route

Jebel Shams

Retour sur une route de montagne ardue et asphaltée pour le moment.

Avant d’arriver au sommet, quelques autres arrêts et détours sur notre route dont l’un d’eux qui nous amène vers la palmeraie et le village de Misfat Al Khawatur. Ce village n’est pas un immanquable, mais la piste pour y accéder est particulièrement pentue et permet de s’amuser un peu pour les amateurs de conduite à sensations.

Après un passage sur de la piste puis de nouveau sur une route asphaltée en profitant des paysages montagneux et arides, c’est parti pour remplir notre objectif de la journée !

La célèbre randonnée au Jebel Shams, la Balcony Walk prend son départ au village de Al Khitaym. Elle est très accessible avec peu de dénivelé et seulement 2 à 3h de marche aller-retour. Ajoutez à cela que les paysages sont imprenables avec un parcours qui suit la crête du canyon, et ceci suffit à expliquer l’engouement autour de cette randonnée !

Nous croisons de nombreuses chèvres et pas mal de randonneurs mais ce n’est pas dérangeant car globalement il n’y a pas trop de monde et le chemin permet de se croiser sereinement. Au bout, se situe le village d’As Ab.

En fin de journée, le chemin est situé à l’ombre, plutôt agréable pour marcher. Plus tôt dans la journée, le soleil tape dans le canyon, apportant une luminosité sans pareil (mais une chaleur étouffante, à vous de choisir !).

Pour être tout à fait honnête, nous ne sommes pas allés jusqu’au village d’As Ab, situé au bout de la randonnée. L’après-midi était bien avancé et le soleil se couche assez tôt à Oman, nous ne voulions absolument pas louper le coucher de soleil sur les montagnes. Un peu frustrant de devoir choisir, mais la finalité de la Balcony Walk n’est pas ce point précis au niveau du village mais bien la randonnée en elle-même donc aucun regret !

Chemin de randonnée de la Balcony Walk

Il nous a été super facile de trouver un bivouac pour la nuit au Jebel Shams, la nature est reine et on a l’embarras du choix ! Nous nous sommes posés près de la crète du canyon avec un coucher de soleil magnifique derrière les montagnes et un lever de soleil époustouflant sur le canyon !

Les coordonnées GPS (approximatives) de notre bivouac pour la nuit : 23.213461 ; 57.205643

Jour 4 – Visites culturelles : Fort de Bahla et Château de Jabreen

Lever de soleil au Jebel Shams pour bien commencer la journée

Réveil du haut du Jebel Shams, avec vue sur le canyon, le soleil se lève en même temps que nous (ou plutôt l’inverse) et profiter de cette vue au réveil, c’est magique ! C’est vraiment le bonheur du camping sauvage à Oman, pas besoin de chercher des heures pour trouver un spot avec une vue de dingue pour poser sa tente !

Après d’être amusé un peu sur les pistes alentours, on reprend la route en direction du Fort de Bahla, situé à environ 1h30 de route.

Nous aurions pu également choisir de découvrir la ville de Nizwa mais son intérêt principal réside en son marché aux bestiaux, qui a lieu tôt le vendredi matin (manque de chance nous étions dimanche…) et son fort. Nous avons donc choisi de ne pas faire le détour mais si vous avez un peu plus de temps que nous, nous en avons lu que du bien !

Fort de Bahla

Le Fort de Bahla est situé au cœur de l’oasis de Bahla où les remparts de l’édifice dominent la palmeraie et les vestiges d’habitations en terre cuite. Le fort est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987.

Nous avons seulement profité de la partie extérieure autour des remparts et du village abandonné en contre-bas. Nous n’avons pas visité l’intérieur du fort, car la visite du chateau de Jabreen nous semblait plus intéressante c’est pourquoi nous avons privilégié celle-ci.

Village de Bahla

Château de Jabreen

À 10 minutes de voiture du Fort de Bahla se situe le château de Jabreeen (ou encore château de Jabrin ou de Jibreen), un gros coup de cœur culturel pour nous !

Pour la petite histoire, ce château a été construit en 1670 comme résidence secondaire de l’imam Bil’arab bin Sultan.

Entouré par d’épais remparts, l’édifice est composé de nombreuses salles, escaliers et cours intérieures situés les uns à la suite des autres et repartis sur 3 étages.

Après l’entrée par la porte principale et une première cours située en plein soleil, une porte en bois entourée par deux canons permet d’accéder à tous ces trésors. Au fur et à mesure de la visite, on découvre le tombeau de l’imam, les magnifiques plafonds gravés et peints, les pièces de vie, la cuisine et une pièce spéciale adjacente où l’on récoltait à l’époque le sirop de dattes à l’aide d’un ingénieux système de rigoles.

Depuis le toit terrasse, la vue panoramique sur la palmeraie adjacente et les montagnes en arrière-plan est imprenable. Au fur et à mesure de la visite, les meurtrières du château nous offrait un avant-goût de ses beaux paysages. A l’époque, c’est par ces interstices que les habitants du château jetaient du miel ou du sirop de dattes brûlant sur leurs assaillants.

Tarif : entrée à 0,5 OMR par personne avec audioguide disponible

Horaires : 9h-16h tous les jours sauf les vendredis (8h-11h)

On vous conseille vivement l’audioguide. Plusieurs langues sont proposées dont le français. La narration est très intéressante et les séquences audio sont assez courtes, ce qui permet de profiter de la visite tout en ayant pas l’oreille collée à l’audioguide continuellement.

On vous conseille également de vraiment prendre le temps de visiter au moins un fort et/ou château lors de votre découverte d’Oman. Nous avons consacré plus de 2h à la visite du Château de Jabreen.

Suite du Jour 4 & Jour 5 – Piquer une tête dans le célèbre Wadi Bani Khalid

Notre après-midi sera consacré à la route jusqu’au Wadi Bani Khalid, notre dernier arrêt avant de découvrir le désert omanais ! Sur les 3h de route qui nous sépare du wadi, nous faisons quelques surprenantes rencontres pour les touristes que nous sommes. Les chameaux peuvent être très dangereux pour les automobilistes et de nombreux accidents mortels surviennent chaque année.

Rencontre avec quelques chameaux au bord de la route

Après une première approche avec le wadi juste avant la tombée de la nuit, il est temps pour nous de trouver notre bivouac pour la nuit. Dans le Oman Off Road, on remarque une petite route sur la droite en venant du wadi qui grimpe dans les montagnes. La piste nous emmènera sur un plateau au creux des montagnes surplombant le wadi, parfait pour y passer la nuit et profiter du ciel étoilé sans pollution visuelle.

Les coordonnées GPS de notre bivouac pour une nuit proche du Wadi Bani Khalid, entourés par les montagnes : 22.639246, 59.090413. (Attention, la piste pour y accéder est difficile.)

Le matin, on se réveille seuls au monde au chant du coq du village le plus proche. Avant de quitter le bivouac, on assiste à la descente d’un troupeau de brebis depuis le village surplombant le plateau. Original de prendre son petit déjeuner en observant ce joyeux dédale d’animaux vers leur pâturage.

On a profité d’avoir dormi tout proche pour arriver très tôt dans le wadi. Il n’y avait quasiment personne à notre arrivée sur place.

Le plus bel endroit du wadi où il est très agréable de se baigner est situé après les premières grandes piscines, à une dizaine de minutes de marche. Il suffit de suivre les panneaux et la roche lissée par les pas des curieux pour y accéder facilement.

Le canyon se resserre au fur et à mesure, l’eau est belle, chaude et la baignade est vraiment agréable ! La profondeur de l’eau permet de s’amuser un peu et de sauter des rochers qui bordent le cours d’eau.

Aux alentours de 10h du matin, les premiers rayons de soleil éclairent l’eau et lui donne une jolie couleur turquoise transparente. Ce moment concorde avec l’arrivée « en masse » de touristes accompagnés de guides souhaitant piquer une tête tout en profitant de la beauté du lieu. Il y avait du monde par rapport à la taille du canyon mais nous n’étions pas non plus tous serrés les uns contre les autres. En partant, nous avons été étonnés du peu de monde au niveau des grandes piscines à l’entrée du wadi par rapport au monde au niveau du canyon.

Le canyon se poursuit encore, et on peut découvrir une grotte avec une source d’eau chaude au fond. Amis claustrophobes s’abstenir… Julien s’y est même fait des petits potes chauves-souris pour une montée d’adrénaline supplémentaire !

On retient qu’il faut arriver tôt sur place, avant 10h c’est parfait pour profiter des premiers rayons de soleil dans le canyon en étant seuls au monde à s’y baigner (ou presque !).

On vous conseille également de prévoir une lampe frontale si vous souhaitez vous lancer dans l’exploration de la grotte. L’ouverture étant assez restreinte, il est parfois nécessaire de se servir de ses bras pour progresser jusqu’à fond de la grotte et donc d’avoir les mains libres pour s’éclairer facilement. Nous avions oublié les nôtres dans la voiture et Julien s’est éclairé avec l’iPhone, ce qui n’était pas la solution la plus simple. Lors de notre visite, il était également possible de louer des lampes frontales à un local placé à l’entrée de la grotte si besoin.

Au total, comptez une demi-journée sur place pour profiter à fond du wadi !

Jours 5 & 6 – Une aventure magique au cœur des Wahiba Sands

Wahiba Sands

C’est parti pour une petite heure de route en direction des Wahiba Sands, on est excité comme pas possible de découvrir le désert omanais ! Un arrêt à la station essence Shell située à Bidiyah nous permet de nous ravitailler en essence, en eau et de dégonfler les pneus du 4×4, une étape indispensable avant d’entamer toute conduite dans le désert. Peu à peu, le bitume laisse place au sable et le paysage se transforme.

Attention aux rabatteurs avant l’entrée dans le désert, ils sont vraiment nombreux à vouloir vous accompagner en jouant sur la peur de la conduite dans le désert. On vous assure qu’avec les pneus dégonflés (et un 4×4 bien sûr), l’autoroute du désert qui débute à Bidiyah ne présente aucune difficulté à la conduite.

Nous avions réservé une nuit dans une tente bédouine au camps Wahiba Bedouin Rustic Camp, situé à une quinzaine de minutes de l’entrée du désert. A notre arrivée, les propriétaires ne lésinent pas sur l’accueil avec du thé/café et de délicieuses dattes à volonté.

Nous avons profité de notre séjour dans le désert pour découvrir le dune bashing (conduite dans les dunes de sable en véhicule 4×4 avec un local) et faire une balade à dos de dromadaires, deux superbes expériences que l’on vous recommande !

Deux moments magiques à ne surtout pas rater dans le désert sont le coucher et le lever du soleil à admirer du haut des dunes de sables. De notre côté, nous avons plus profité du lever de soleil avec un réveil aux aurores, sans les rafales de vent de la veille (on vous laisse imaginer le combo vent + désert de sable !). Il y règne un calme étonnant, un silence apaisant.

Dans le désert, le soleil se couche vers 17h donc on vous conseille vraiment d’arriver en début d’après-midi si vous avez réservé une nuit dans un camps (il y en a plusieurs, situés plus ou moins loin de Bidiya) pour profiter des activités et du coucher du soleil sans vous presser.

Pour découvrir notre récit de voyage détaillé et en apprendre davantage sur la culture bédouine, n’hésitez pas à aller lire notre article dédié à cette expérience magique dans le désert des Wahiba Sands.

Wahiba Bedouin Rustic Camp

50 OMR pour une nuit dans une tente bédouine 2 personnes avec salle de bain privative, dîner et petit-déjeuner compris – Supplément à ajouter pour le dune bashing et la balade en dromadaire.

Suite du Jour 6 – Sur & Réserve aux tortues

Sur

Après cette expérience dépaysante dans le désert, on décide de retourner vers la ville pour découvrir Sur (ou Sour), une charmante ville côtière, située à environ 2h de route de l’entrée des Wahiba Sands à Bidiya (un peu plus de 2h de route depuis Mascate).

Lorsque nous y arrivons, vers 13h30, il n’y a pas grand monde dans les rues. La chaleur est écrasante ce jour-là et pourtant la ville est construite tout autour d’un bras de mer. A chaque coin de la ville sa vue sur mer !

Nous avions lu que le chantier de boutres situé à Sur valait le coup d’œil et constitue l’un des incontournables de la ville. Les boutres sont des bateaux traditionnels en bois retrouvés dans les pays de Golfe. C’est dans cette ville portuaire, à Sur, que la construction des boutres de façon traditionnelle perpétue à Oman.

Le site est aujourd’hui totalement fermé et l’entrée devenue payante, il y a de nombreux groupes de visiteurs. Nous n’avons pas ressenti l’accueil agréable, authentique et naturel des ouvriers y travaillant heureux de partager leur savoir précédemment décrit par de nombreux voyageurs avant nous. Il est toutefois sympathique de découvrir la construction artisanale de ces gros bateaux faits de bois, mais nous n’avons pas été subjugué par la découverte.

Chantier de boutres – entrée payante (1 OMR / personne) ; une visite à faire pour découvrir cette tradition mais n’en attendez pas trop comme nous, vous risquez d’être déçus.

Pour voir les boutres en action, direction le port de Sur (et au phare avec une jolie vue sur la corniche et les forts de la ville). A marée basse, les carcasses des boutres gisent sur le sable, permettant aux ouvriers d’effectuer de petites réparations facilement (et nous de les observer vaquer à leurs occupations).

La balade sur la corniche vaut le détour, mais plutôt en fin de journée, où l’on peut y croiser des locaux qui flânent et des enfants qui jouent au foot sur la plage. L’avantage est que l’on peut se garer facilement tout le long de la corniche.

Sur – Bidiya (entrée des Wahiba Sands) : 120 km, 1h45 de route

Sur – Mascate : 200 km, 2h30 de route

Plage de Ras al Jinz – Réserve aux tortues

Un peu plus à l’Est, à environ 45 minutes de route de Sour, au point de rencontre entre le Golfe d’Oman et la Mer d’Arabie se situe la plage de Ras al Jinz. Cette étendue de sable entourée de magnifiques falaises est connue à Oman comme un important site de ponte des tortues marines.

Pour observer les tortues, l’accès à la plage est limité et ne peut se faire qu’accompagné par un guide de la réserve en soirée vers 21h ou très tôt le matin, juste avant le lever du soleil vers 5h. Bien évidemment, il est interdit de camper sur la plage de Ras al Jinz.

Pour ceux qui souhaiteraient profiter de ces deux créneaux, les visites sont gratuites pour les résidents de l’hôtel de la réserve, ce qui fait deux fois plus de chance de voir des tortues qui pondent ou même des bébés tortues qui filent vers la mer.

Nous nous sommes décidés tardivement à passer par la réserve aux tortues de Ras al Jinz, partagés entre le plaisir égoïste de potentiellement observer ces créatures magnifiques et, ce qui prime pour nous, le respect de l’animal. Après s’être énormément renseignés sur les conditions des sorties et avoir rencontré un local qui nous invitait à le rejoindre la nuit tombée pour observer les tortues sur une plage un peu plus éloignée, nous avons préféré participer à la sortie encadrée par les guides de la réserve, qui œuvrent à la sauvegarde de ces animaux marins.

Nous avions réservé un créneau l’après-midi pour le soir même mais on vous conseille d’éviter de vous y prendre au dernier moment. Dès 20h30 débute alors une longue attente… Nous sommes énormément à attendre que l’on nous annonce qu’une tortue est prête à pondre sur la plage. Jackpot, direction la caisse car il faut savoir que les guides ne font payer la sortie que lorsqu’une(des) tortue(s) se manifeste(nt) sur la plage.

Direction la plage par groupe d’une vingtaine de personnes. Le guide insiste bien avant de nous y emmener : il faut rester silencieux, faire le moins de bruit possible et éviter toute source de lumière qui pourrait perturber les tortues et mettre en péril la ponte des œufs. C’est d’ailleurs pour cela que les guides n’emmènent les visiteurs sur la plage qu’une fois les œufs pondus. En effet, au moindre stress, la tortue est susceptible de retourner à la mer sans avoir sécurisé ses œufs.

Le guide était très intéressant et nous a beaucoup appris sur les tortues marines. A ce propos, saviez-vous qu’une tortue reviendra pondre ses œufs sur la plage où elle est née, plus de 10 ans après sa naissance ?

Avant la ponte, la tortue va commencer par monter sur la plage pour y creuser un puit de taille au moins égale sa corpulence. Elle va ensuite creuser un autre puit, moins large et beaucoup plus profond à une extrémité pour y pondre une centaine d’œufs. Une fois le puit de ponte resablé, la tortue va créer un leurre pour éviter que des prédateurs, et notamment les renards, ne viennent se régaler avec les œufs fraîchement pondus. Après 45 à 70 jours, les bébés tortues pointent le bout de leur nez et se dirigent vers la mer attirés par la lumière du plancton fluorescent. Sur une ponte, seules une ou deux tortues arriveront à atteindre l’âge adulte.

Au final, ce soir là, nous avons été chanceux d’observer une tortue, ce qui n’arrive pas tous les jours en basse saison. Mais comme il n’y en avait qu’une seule sur la plage ce soir-là, les visiteurs ont défilé les uns après les autres autour du nid. On peut dire qu’elle en aura vu du monde… Une fois à côté du nid, il fallait aller vite pour que tout le monde puisse l’observer un instant. A ce moment là, nous nous sommes vraiment demandés si cette sortie avait du sens, excepté notre plaisir à nous et le fait de se dire que nous avons vu ce phénomène émouvant, la larme à l’œil…

Finalement, nous avons été un peu frustrés des conditions de la sortie qui, on l’espère en tout cas, est organisée de façon à respecter au mieux ces animaux marins par rapport à si étions partis à la recherche de tortues sur une autre plage avec nos lampes torches par nos propres moyens. En assistant à la sortie, cela permet également à la réserve de récolter des fonds pour préserver cette espèce marine. A réfléchir, car même après quelques mois de réflexion, nous n’avons toujours pas trouvé la « bonne » solution.

Réserve aux tortues de Ras al Jinz

Tarif : 14 OMR/personne (gratuit pour les résidents de l’hôtel)

Horaires : 2 sorties par jour (en soirée, vers 21h et le matin, vers 5h)

Après la visite, direction notre bivouac, à une vingtaine de minutes de route de la réserve, que nous avions précédemment repéré. Depuis la falaise, le ciel étoilé est magnifique, nous installons la tente avec vue sur mer. La mer brille, on peut observer le plancton fluorescent qui permet aux tortues à se diriger et de retourner vers la mer.

A ce propos, nous soupçonnons un zodiac de la réserve d’avoir fait des allers-retours jusque tard dans la nuit, pour permettre au plancton d’être visible par les tortues depuis la plage dans la mer agitée par les vagues.

Les coordonnées GPS de notre bivouac face à la mer sur la falaise : 22.45604, 59.82897

Jour 7 – Retour vers Mascate par la côte : Wadi Shab et Tiwi, Bimmah Sinkhole, plages

Ce matin, réveil en haut de la falaise face à la mer. Sur la plage en contre-bas, des traces de tortues sont visibles, il est très probable que des tortues soient venues y pondre dans la nuit… On les a loupé, dommage pour nous !

Wadi Shab

Après un bon petit déjeuner et un peu de rangement, c’est parti pour environ 2h de route direction le Wadi Shab. Notre objectif est de se garer avant 10h pour que l’endroit ne soit pas encore envahi par les touristes. A notre arrivée, il y a déjà quelques voitures garées sur le parking mais nous y trouvons facilement une place.

Pour accéder à ce wadi, un petit tour en barque à moteur s’impose (tarif : 1 OMR / personne) pour accéder à l’autre côté de la rive et débuter la randonnée qui mène aux piscines.

On croise quelques courageux, déjà sur le retour de la rando, mais globalement la majorité des personnes que l’on croise va dans le même sens que nous, vers les piscines. La randonnée est sympa et ne présente aucune difficulté, si ce n’est la chaleur écrasante à 10h du matin. Comptez 45 minutes à 1h de marche de la sortie de la barque à l’entrée de la piscine, selon votre rythme (et les pauses photos !).

Le paysage est magnifique, l’eau du wadi est d’un sublime vert. Par contre, la baignade est plus fraîche qu’il n’y paraît mais vu la chaleur, ça fait un bien fou ! On s’attendait à retrouver la même température que l’eau du Wadi Bani Khalid mais on avait oublié qu’il y avait alors une source d’eau chaude qui la réchauffait !

L’avantage de ce wadi, c’est qu’il est possible de remonter le cours d’eau sur une belle distance (et ça permet de semer pas mal de monde par la même occasion) jusqu’à une grotte accessible par l’eau. Un petit passage dans la roche permet de se faufiler entre les deux parois (pas besoin de mettre la tête sous l’eau quand nous y étions mais cela doit dépendre de la saison et du niveau d’eau dans le wadi) et nous voici arrivés dans une sublime cavité, presque irréelle. Une chance d’avoir pu profiter de quelques instants juste tous les deux dans cet endroit magique !

Pas d’inquiétude à avoir pour profiter de l’eau turquoise, vous pouvez laisser vos affaires en toute sécurité à l’entrée de la piscine. Nous avions avec nous tout notre matériel photo, les clés de la voiture de location, nos papiers dans nos sacs à dos que nous avons laissé sous la surveillance d’un guide omanais. Il nous a bien confirmé que « normalement » il n’y a pas de vol à Oman, et si vol il y a, c’est très probablement des touristes qui seraient responsables. (Pas très rassurant de jeter un coup d’œil autour de nous, avec tout plein de touristes aux alentours).

Petite inquiétude au départ, qui s’est vite estompée pour profiter du cadre de baignade magnifique ! Nos affaires n’avaient pas bougé d’un millimètre à notre retour, une grosse heure après (ou peut être plus, on avait totalement perdu la notion du temps à cet instant).

Accès au Wadi Shab en barque : 1 OMR / personne / Aller-retour (dernier bateau retour à 5h30)

Mascate – Wadi Shab : 160 km – 1h45 de route

On vous conseille très fortement de prévoir des chaussures d’eau pour vous baignez dans le wadi. Le sol est constitué de cailloux qui ne sont pas des plus agréables pour les pieds et par endroits, la roche est très glissante. On a vu plusieurs personnes glisser et se faire un peu mal, heureusement pas de blessures trop graves à déplorer.

Si vous souhaitez profiter de la quiétude du wadi seul au monde, un seul mot d’ordre : arrivez tôt !

Wadi Tiwi

Il nous faut ensuite débuter la marche retour vers le parking puis direction le Wadi Tiwi qui est situé juste à côté du Wadi Shab, à une quinzaine de minutes de route.

Il est totalement différent du premier, on pourrait même dire qu’ils sont assez complémentaires : randonnée et baignade au Wadi Shab versus traversée de petits villages, route de montagne et balade dans les palmeraies au Wadi Tiwi (entre autre, car on peut y profiter de nombreuses activités !).

Le Wadi Tiwi est peu fréquenté, très rural. La route est asphaltée sur la première partie du wadi puis laisse place à des chemins de montagnes. En s’y enfonçant, la route devient de plus en plus escarpée et traverse plusieurs villages traditionnels : Harat Bidah, Seema, Seawi et Mibam à la fin de la route. Accrochez bien vos ceintures pour arriver à Mibam !

Nous nous sommes un peu baladé dans le village de Mibam, où nous avons croisé des enfants jouant au foot, très accueillants ! Le village n’étant pas très grand, la balade y est assez rapide.

Soyez vigilants, nous avons rencontré des jeunes (très insistants) qui voulaient absolument nous aider à nous garer et nous emmener à une cascade contre quelques billets bien évidemment… C’est la seconde fois lors de notre séjour que nous avons été confronté à ce type de « désagréments » à Oman (la première fois c’était à la station Shell avant de nous engager dans le désert des Wahiba Sands).

Mascate – Wadi Tiwi : 180 km – 2h de route

Plages

Avant de reprendre l’autoroute vers Mascate, on décide de faire un stop à White Beach à une vingtaine de minutes de route pour piquer une tête dans le Golfe d’Oman. L’eau est super bonne, par contre le sable n’est pas aussi fin que ne laisse l’imaginer le nom paradisiaque de cette plage… Toutefois, c’était parfait pour un petit plouf après la découverte du Wadi Tiwi haute en émotions !

Le soleil est déjà bas, il ne va pas tarder à se coucher derrière les montagnes quand nous reprenons la route, la journée est passée beaucoup trop vite pour notre planning bien rempli !

Mascate – White Beach : 150 km – 1h45 de route

Wadi Tiwi – White Beach : 30 km – 15 minutes de route

Bimmah Sinkhole

Notre dernier stop avant Mascate, le Bimmah Sinkhole, situé à 20 minutes de White Beach, est un gouffre de forme ronde d’une vingtaine de mètres de profondeur sur environ 40 mètres de circonférence au fond duquel on retrouve une eau émeraude salée. Un escalier permet d’accéder à l’eau et de se rafraîchir, quoique la température de l’eau est assez chaude à ce qu’il paraît.

Arrivés à la tombée de la nuit, le soleil ne donnait pas à l’eau sa couleur émeraude que l’on voit le plus souvent sur les photos, qui doit être sublime quand le soleil est au zénith. Le lieu n’en reste pas moins impressionnant, bien que ce ne soit pas un immanquable selon nous. Le gouffre est entouré d’un parc bien aménagé, les lieux ne sont pas du tout bruts, ce qui peut dérouter lorsque l’on y arrive. La visite est pratique car situé entre Sour et Mascate.

Horaires du parc entourant le Bimmah Sinkhole : 8h – 20h

Nous vous conseillons de le visiter lorsque le soleil est au zénith pour profiter de la couleur de l’eau avec les rayons du soleil.

Mascate – Bimmah Sinkhole : 130 km – 1h30 de route

Wadi Al Arbeieen

Malheureusement pour nous, la journée est beaucoup trop entamée pour envisager visiter le Wadi Al Arbeieen. Il faut faire des choix en voyage… Un petit pincement au cœur de ne pas avoir pu le visiter car nous en avons entendu que du bien, un wadi qui serait peu touristique avec une nature magnifique, de belles piscines pour se baigner et même de quoi bien s’amuser en off-road avec un 4×4 !

Une excursion à la journée depuis Mascate peut être très facilement envisagée.

Mascate – Wadi Al Arbeieen : 130 km – 1h40 de route

Jours 8 & 9 – Mascate

Nos deux jours à Mascate étaient axés sur les visites et balades mais avec un rythme moins effréné que le début de notre voyage. Nous avions besoin de prendre un peu plus le temps pour nous reposer. Notre programme aurait pu être réalisé sur une journée voir une journée et demi si nous avions gardé un bon rythme de visite (mais on voulait aussi profiter de la piscine de l’hôtel !).

La Grande Mosquée du Sultan Qaboos

Ce matin le réveil sonne tôt, l’objectif de la matinée est la visite de la Grande Mosquée du Sultan Qaboos, un incontournable à Mascate. Une chance pour nous que cette mosquée soit ouverte aux non-musulmans !

Comme il s’agit en première intention d’un lieu de culte, il faut respecter les lieux et les fidèles : pour les femmes, voile et vêtements permettant de couvrir à minima les genoux et les coudes, pour les hommes, surtout pas de short ou de marcel, privilégiez les pantalons et chemises légères (notre idéal quand il fait chaud et que nous devons être couverts : un pantalon et une chemise, tous les deux en lin).

Cette mosquée, assez récente car inaugurée en 2001, est tellement grande, tellement belle que nous y resterons jusqu’à en être chassé par les gardes, un peu après 11h.

La grande salle est tout simplement époustouflante : tout y est immense à débuter par sa taille (4200 m2), mais aussi l’impressionnant tapis qui recouvre le sol (plus de 4 ans auront été nécessaire pour sa confection) et son sublime lustre haut de 14 mètres en cristaux Swaroski qui fût à une époque le plus grand lustre au monde !

Tout dépend du temps que vous souhaitez y consacrer mais prévoyez au moins 1 à 2 heures pour profiter pleinement de la Mosquée et des extérieurs.

Un conseil, prenez le temps de bien vérifier les horaires et jours d’ouverture de la mosquée avant de prévoir votre séjour à Mascate, elle est ouverte de 8h30 à 11h tous les jours sauf le vendredi. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette visite qui est pour nous un immanquable à Mascate.

Matrah (ou Mutrah)

A l’Ouest de Mascate, on retrouve le quartier de Matrah (ou Mutrah, ou encore Mouttrah), ancienne ville côtière qui a aujourd’hui été phagocytée par Mascate.

Entre sa corniche de 2 km de long, son port avec les impressionnants yachts du Sultan, son marché aux poissons, ses forts situés sur les collines en hauteur et son Souk (le plus grand du pays !), on a adoré s’y balader et prendre le temps d’y flâner. Le quartier est très animé dans la matinée et en fin de journée, un peu moins entre 11h et 17h lorsque le soleil tape fort.

Si vous souhaitez découvrir le marché aux poissons (très facile d’accès avec un grand parking adjacent), il faut s’y rendre en matinée. Il s’agit vraiment d’un marché local, typique et authentique. C’est ici que les restaurateurs du coin se fournissent en poissons.

Un peu plus loin sur la corniche, impossible de louper le Souk de Matrah ! Le souk est partagé en plusieurs zones aux frontières floues : juste après la grande principale entrée, on retrouve plutôt des échoppes de babioles, parfait pour ramener de jolis souvenirs omanais, une autre « zone » est plutôt dédiée aux échoppes de tissus alors qu’une grande partie du souk, nommée le Gold Souk, est dédiée à l’or. Le mieux est de prendre le temps de s’y perdre, on finit toujours par y retrouver son chemin !

On retrouve d’ailleurs une entrée vers le Golden Souk depuis la corniche, qui permet d’y accéder plus facilement. Le prix de l’or serait assez avantageux à Oman, donc c’est le bon moment pour en profiter ! Les bijoux omanais peuvent être assez exubérants mais on retrouve aussi des pièces un peu plus discrètes et portables au quotidien.

Pour déjeuner ou dîner dans le coin, on vous conseille un super restaurant Bait Al Luban, un restaurant omanais où chaque bouchée est un délice. Nos papilles ont été titillées par les saveurs de la cuisine omanaise et on a adoré !

Palais du Sultan

Dans le quartier de Old Muscat, à une petite dizaine de minutes de la corniche, on peut se balader aux alentours d’une des résidences officielles du Sultan, le Al Alam Palace, le palais du Drapeau, construit en 1972. Malheureusement, il n’est pas possible d’en visiter l’intérieur mais l’extérieur est vraiment orignal et coloré et reflète bien l’attrait pour l’art du Sultan Qaabos.

Où dormir à Mascate ?

L’offre d’hôtels à Mascate est assez fournie et variée : de l’hôtel abordable aux hôtels 5 étoiles luxueux comme le Kempinski Hotel Muscat avec son sublime hall ou le Shangri-La Barr Al Jissah Resort & Spa avec sa plage privée. Vous trouverez certainement un hôtel répondant à votre budget.

De notre côté, lors de notre séjour à Mascate, nous avons posé nos valises au Royal Tulip Muscat, un hôtel 4 étoiles, d’un beau rapport qualité-prix et bien situé (à 5 km de la Grande Mosquée Sultan Qaabos, parfait pour la visite matinale) qu’on vous conseille les yeux fermés. Notre chambre était plutôt grande (30 m²) et c’était un plaisir de dormir dans une literie aussi confortable après une grosse semaine de camping !

Le petit déjeuner est une dinguerie avec une beau buffet, des jus de fruits frais, un cuisinier qui s’occupera de faire cuire vos œufs au choix, des fruits, du houmous, des spécialités omanaises, etc. De quoi ravir tout le monde !

La piscine sur le toit n’est pas très grande par rapport au nombre de chambres de l’hôtel mais par chance, nous étions seuls à chaque fois que nous y sommes allés. Le seul inconvénient c’est qu’elle ferme plutôt tôt (avant 20h de mémoire? à confirmer à la réception si vous choississez cet hôtel).

Royal Tulip Muscat : environ 100€ / nuit pour 2 personnes, petit-déjeuner compris

Kempinski Hotel Muscat : environ 200€ / nuit pour 2 personnes, petit-déjeuner compris

Shangri-La Barr Al Jissah Resort & Spa : environ 400€ / nuit pour 2 personnes, petit-déjeuner compris


Il nous reste encore tellement à voir de ce pays, nous espérons y revenir un jour prochain pour sortir du « tour classique » et découvrir d’autres endroits du Sultanat d’Oman.

A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, le Covid-19 et le confinement sont passés par là. Nous chérissons d’autant plus ce voyage à Oman, en février 2020, quelques semaines seulement avant le début de la crise sanitaire en France et de la propagation mondiale de l’épidémie, et nos souvenirs omanais nous ont très certainement permis de vivre un peu plus sereinement cette période particulière.

Et vous, connaissiez-vous le Sultanat d’Oman ? Des envies de le découvrir ? Dites-nous tout en commentaire sous l’article !


Prenez soin de vous,

Julien & Morgan

Commentaires

15 commentaires

  • Yamani Gérald

    Bonjour, vos êtes merveilleux m. C’est un superbe récit de votre séjour à Oman. Je souhaite faire de même en road trip, soit avec un ami soit avec ma famille (épouse et 2 enfants 10ans et 6ans) et mon. beau frère. Si vous me permettez d’avoir votre adresse mail, je n’hésiterai pas à vous poser certaines questions si besoin après avoir fait le tour de votre site sur Oman . Mais déjà pas mal de chose pour préparer ce séjour qui je l’espère en 2022.
    Cordialement

    • Julien & Morgan

      Bonjour,

      Merci beaucoup pour votre commentaire qui nous fait très plaisir !
      Oman est vraiment une très belle destination à découvrir, vous avez raison de vous y intéresser. En tout cas, n’hésitez à poser vos questions sous les articles concernés pour en faire profiter d’autres personnes ou si vous ne trouvez pas votre bonheur via le formulaire du contact et nous reviendrons vers vous rapidement 🙂

      Très bonne journée,
      Morgan

  • Margaux

    Bonjour,
    Cet article est très complet et bien pratique pour préparer un futur road trip, merci 🙂
    J’aurais questions questions sur la logistique :
    – Cuisiniez-vous chaque soir de bivouac ? Trouviez-vous facilement des points d’eau potable ? Ou achetiez-vous des bidons d’eau ?
    – Comment s’organiser niveau hygiène ? Aviez-vous une douche solaire ? Si oui, trouviez-vous de quoi la remplir tous les jours ?
    Merci beaucoup !
    Belle soirée,
    Margaux

    • Julien & Morgan

      Bonjour Margaux,

      Merci à vous pour votre commentaire et ravie que cet article vous plaise 🙂
      On avait adoré notre voyage à Oman, c’est super facile d’y voyager en camping sauvage.

      Niveau logistique, on cuisinait au feu de bois tous les soirs (on avait acheté une grille de barbecue). Pour l’eau potable, on avait acheté des bidons de 3 ou 5 litres d’eau au supermarché.
      Niveau hygiène, on n’avait pas pris avec nous de douche solaire donc c’était assez spartiate à base de lingettes pour bébés. On se baignait dans les wadis (mais on ne s’y savonnait pas). Tout dépend de votre itinéraire mais les wadis peuvent carrément être une solution pour remplir la douche solaire 😉 Au final, on était jamais resté (trop) longtemps sans vraiment se laver car on avait pu prendre une douche dans le camp bédouin dans les Wahiba Sands et on avait été à l’hôtel à Mascate aussi.

      Surtout n’hésite pas si vous avez d’autres questions !
      Très bonne soirée,
      Morgan

  • Andrea

    Bonjour,
    Merci pour votre temoignage qui est tres inspirant, nous preparons un sejour a Oman en Novembre. Nous prenons l’avion plusieurs fois lors de notre voyage et n’avions pas prevu de prendre du materiel de camping dans nos valises. Aviez vous tout emmené ou avez vous acheté sur place ? Savez vous s’il est possible de louer du materiel de camping sur place ?
    Merci beaucoup!
    Andrea

    • Julien & Morgan

      Bonjour Andrea,

      Merci à vous pour votre commentaire 😊

      Génial ce projet de voyage !
      De notre côté, nous avions emmené avec nous une tente igloo et des duvets de chez Decathlon qui rentraient dans notre valise en soute. Nous avions acheté le reste sur place dans un supermarché à Mascate en arrivant : matelas, oreillers et nécessaire pour le barbecue pour le soir. C’est sur que si vous prenez l’avion plusieurs fois pendant votre séjour, cette solution n’est pas vraiment envisageable pour vous, à moins de réussir à tout faire rentrer dans les valises/sacs en soute. Vous allez explorer la péninsule de Musamdam (il faut qu’on retourne à Oman pour y aller !) ?
      Nous ne nous étions pas renseignés pour la location de matériel sur place, peut être que cela existe. Désolée de ne pas pouvoir vous aider sur ce sujet 😔

      Bonne journée,
      Morgan

  • dispensa

    bonjour, merci pour le récit de votre voyage ; on prévoit de faire la meme chose, mais en mode plus confort (nous prenons de l age…) ; pouvez vous m indiquer le type de 4X4 que vous avez loué et chez quel loueur et à quel prix journalier s’il vous plait ; ce que je trouve est exorbitant ; merci à vous

    • Julien & Morgan

      Bonjour Pascale et merci pour votre commentaire !

      Quel beau voyage vous prévoyez de faire ! 3 ans après, j’ai encore des paillettes dans les yeux en me remémorant ces beaux souvenirs

      Concernant le véhicule, nous avions loué un 4×4 Toyota Prado chez Hertz. J’ai retrouvé la facture, nous en avions eu pour 718€ pour 9 jours de location.

      Je vous glisse le lien de notre article avec les informations pratiques juste ici (location de voiture, demande de visa…) : https://julienetmorgan.com/nos-conseils-pour-bien-preparer-son-road-trip-a-oman/

      N’hésitez pas à revenir par ici si vous avez d’autres interrogations, nous nous ferons un plaisir de partager notre expérience et de vous aider si possible.

      Belle fin de journée,
      Morgan

  • Xavier

    Bravo pour ce superbe récit, complété avec des détails pratiques bien utiles.
    En préparation d’un voyage à Oman en janvier 2024, je souhaiterai savoir si lors de vos nuits sous tente, vous n’avez pas eu ou entendu parler de visiteurs indésirables genre scorpions ou serpents ?
    Je vous remercie d’avance et aurai certainement bien d’autres questions au fur et a mesure de l’organisation de notre périple.
    Xavier

    • Julien & Morgan

      Bonjour Xavier et merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous écrire 😊 ça nous fait toujours très plaisir

      C’est une super idée ce projet de voyage à Oman !
      Nous n’avions eu aucune inquiétude lors de nos nuits sous la tente à part dans le désert. Donc la seule fois où nous n’étions pas trop rassurés c’était dans le désert des Wahiba Sands à cause des scorpions. C’est pourquoi nous avions choisi de dormir dans un camps bédouin. Mais finalement, cela aurait été également possible de camper dans le désert. Il faut juste prendre quelques précautions comme bien inspecter la tente et bien secouer son duvet avant d’aller dormir.

      N’hésitez surtout pas si nous pouvons vous aider dans la préparation en tous cas, nous le ferons avec plaisir !
      Belle journée ☀️
      Morgan

  • Marisa

    Bonsoir,
    votre récit de voyage est très inspirant et agréable à lire.
    Nous partons dans 3 semaines et prévoyons d’alterner bivouak et hôtel.
    Côté logistique :
    – avez-vous acheter une glacière ? si oui, est-ce que l’on trouver de la glace facilement ?
    – aviez-vous prévu d’utiliser un réchaud de camping à gaz ? est-ce que l’on trouve du gaz au carrefour ?
    – est-ce que l’on trouve des épiceries partout ?
    merci
    Marisa

    • Julien & Morgan

      Bonjour Marisa et bienvenue sur notre blog !

      3 semaines à Oman, vous allez vous régaler 😁

      Pour répondre à vos questions :
      – Nous n’avions pas de glacière avec nous, seulement un sac isotherme dans lequel nous mettions de la glace pour maintenir au frais. Il me semble qu’on en avait trouvé un peu partout
      – Nous n’avions pas non plus de réchaud, on cuisinait au feu. Les omanais sont des grands fans de pique nique et possèdent tout l’attirail pour des piques niques 4* donc je pense que vous trouverez facilement réchaud et gaz dans les grands magasins, comme au Carrefour de Mascate.
      – Comme nous n’avions pas de glacière, nous faisions des courses au jour le jour pour le soir et nous n’avions eu aucun problème pour nous approvisionner en nourriture. Le midi nous mangions dans des petits bouibouis, pas cher et délicieux !

      Très bon week-end,
      Morgan

      • Stefani

        Bon Jour Morgan et Julien. Je vous espère dans le bien-être. Mon mari et moi avons lu avec attention et plaisir votre récit de voyage à Oman que nous allons suivre avec beaucoup d’attention.Suite à celui-ci , nous aurions quelques questions à vous poser :
        Nous serons 5 adultes dont 3 jeunes de 27 ans , et donc nous voudrions savoir si nous pourrons nous restaurer facilement le soir. Trouverons nous de la restauration sur place ou à emporter ? Ou dans les épiceries, des pâtes ou riz facilement cuisinables ? Car nous ne serons pas équipés pour faire de la grande cuisine.
        Pour la gestion de l’eau, où pourrons nous remplir notre jerrican ?
        Dans le jbebel sham, nous pensons camper , fait il vraiment froid la nuit ?
        Nous ne savons pas si le camp bédouin n’est pas un peu touristique. D’après votre expérience, est ce que cela vaut vraiment l’expérience ?
        Le livre Oman of Road est il indispensable ? Est il exact que vous avez pu l’acheter au carrefour de Mascate ?
        En vous remerciant infiniment de toute votre attention et de vos réponses au gré de vos disponibilités.
        Je vous souhaite une très agréable journée et vous envoie des ondes bienveillantes et chaleureuses du Cambodge où nous vivons.
        Stefani.

        • Julien & Morgan

          Bonjour Stefani,

          Ravis que notre partage d’expérience sur Oman vous soit utile, ça nous fait toujours très plaisir d’avoir des retours et surtout d’échanger 🤗

          Pour répondre à vos questions :

          🥪 Pour tout ce qui est nourriture, nous avons trouvé facilement de quoi cuisiner simplement dans les villages traversés. Nos repas n’étaient pas très élaborés : quelques légumes accompagnés de pâtes, riz ou pain traditionnel, le tout cuit au feu de bois le soir. Mais cela nous convenait pour les vacances 😁 Le midi, nous nous arrêtions dans des petits bouibouis au bord de la route pour manger un bout. C’était pas chers et très bon à chaque fois

          💦 Pour ce qui concerne l’eau potable, avions acheté quelques bidons d’eau de 5L pour être sûrs d’avoir toujours de l’eau potable. Nous avions également un jerrican que nous remplissions dans les fontaines & wadis.

          ⛺️ Nous avions campé à Jebel Shams et n’avions pas eu froid avec nos duvets. Je dirais qu’il y fait frais la nuit. Pour vous donner une idée, le matin au lever du soleil, nous avions bien supporté nos petites doudounes.

          🐪 Avant d’arriver à Oman, nous n’avions pas non plus prévu de dormir dans un camps bédouin par peur que ce soit trop touristique. Nous avions simplement prévu de camper dans le désert des Wahiba Sands. Mais finalement, une amie nous a fortement conseillé ce camps et nous n’avons pas été déçus. Forcément, cela reste un endroit à destination des touristes je ne vais pas vous mentir. Le propriétaire des lieux avait tellement d’histoires à partager sur les bédouins et la vie nomade qu’il a vécu que nous y avons passé un très bon moment basé sur le partage. Il n’y avait pas grand monde quand nous y étions, cela a probablement dû jouer sur notre appréciation des lieux

          📖 Selon nous, le Oman off road est vraiment un indispensable. Il est très bien fait et c’est une mine d’or ! On vous le conseille vivement. Par contre, de mémoire nous ne l’avions pas trouvé au Carrefour de Mascate mais dans un autre supermarché, plus petit situé à Mascate. Je vais essayer de vous retrouver le lieu exact

          N’hésitez surtout à revenir vers nous si vous avez d’autres questions concernant l’organisation de votre voyage ! J’espère que vous aimerez autant que nous ce pays qui nous a vraiment émerveillés 🥰 D’ailleurs, quand avez-vous prévu de partir ?

          Je vous souhaite également une belle journée sous le soleil cambodgien ☀️
          Morgan

  • Neu

    Souô Sadaï Morgan 🇭🇹. Je vous espère dans le bien-être et la sérénité. Excusez-moi de ma réponse tardive. Nous sommes en road trip entre la Thaïlande et le nord du Cambodge et je n’ai plus pensé à regarder votre site. Merci beaucoup de toutes vos réponses pour peaufiner au mieux nos prochaines vacances. Cuisiner pour 5 adultes dont 3 jeunes de 27 ans le tracassait un peu vu le peu d’équipements à notre disposition. Vous me rassurez si.nous pouvons trouver des petits restos facilement. Je prends note pour l’eau ainsi que pour le camp qui sera malgré le côté touristique, une belle alternative au camping sauvage et un moment sympa pour nos enfants. Merci de m’indiquer le lieu de votre achat de l’oman off road si vous le retrouvez. Je vous souhaite de lumineuses et chaleureuses fêtes de fin d’année. Si vous avez le désir de venir au Cambodge, nous nous ferons un plaisir de vous guider et de vous héberger sur Kampot. Cœur ❤️-dialement, stefani.

  • Laisser un commentaire